«Quelque chose d’extraordinaire dans le monde des prix de la musique» (Ludwig van Mechelen – Klassiek Centraal, 2020): Ingrid Carbone est la seule pianiste classique italienne parmi les lauréats 2020 au concours international Global Music Awards (USA) avec son dernier album sur Schubert, «pour sa communication émotionnelle, sa capacité à transcender, à faire vivre à l’auditeur quelque chose de nouveau et de convainçant. » (Critères du Jury). De plus, le consentement unanime des critiques de ses albums sur Liszt et Schubert a attribué à l’interprétation de Mme Carbone un rôle d’originalité absolue, étant à la fois «très fidèle  à la partition» (Ludwig van Mechelen – Klassiek Centraal, 2020) mais «savoir les chanter avec les doigts» (Andrea Bedetti – MusicVoice, 2020), et «le cantabile semble vraiment rappeler la voix humaine» (Andrea Bedetti – MusicVoice, 2019). À propos de l’album de Schubert, elle «offre une démonstration convainçante de ce qui restera toujours un paysage fascinant à mes oreilles» (Aart van del Wal – Opus Klassiek, 2020).

Récompensée par le “Grand Prix IBLA du Concours Mondial” en 2015, 2016 et 2017, la Fondation IBLA de New York l’a considérée parmi «les professionnels exceptionnels qui méritent l’attention du grand public international», la jugeant «en référence à une norme d’excellence de tous les temps». De plus, en 2016, la Fondation New York IBLA lui a décerné la Mention Spéciale Scarlatti, en 2017 la Mention Spéciale Piano. En 2015, elle a également remporté le premier prix du Concours International de Musique “Erik Satie” à Lecce (Italie).

En février 2020, le Conservatoire de Cosenza (Italie), sa ville natale, à l’occasion de la cérémonie de célébration du 50e anniversaire, a sélectionné Mme Carbone comme l’un de ses deux meilleurs alumni de piano, et lui a remis une plaque «pour sa prestigieuse  œuvre artistique ».

Mme Carbone a un large répertoire, qui comprend   duo à quatre mains et violon et piano. Elle a joué en Autriche, Chine, Allemagne, Hongrie, Israël, Italie, Pologne, Espagne, Slovénie. Au printemps 2019, elle est allée en Chine invitée à jouer, à donner des masterclasses et des conférences à des professeurs de piano. En plus des concerts Ingrid Carbone est en fait intéressée à diffuser des connaissances musicales: elle a dans son agenda plusieurs conversations – concerts, une nouvelle formule avec laquelle elle prend le public par la main , le menant à une écoute consciente du concert à travers l’explication de son chemin personnel d’étude qui se cache derrière l’élaboration de chaque chanson et les choix interprétatifs.

Elle est très sensible aux initiatives caritatives et aux fondations, et a donné des concerts (et des concerts en direct) pour soutenir beaucoup d’entre elles.

En 2017, elle est apparue dans le film-documentaire «Le génie italien sous les étoiles», présenté au Festival du Film de Venise: la bande originale utilise ses interprétations de certaines compositions de Liszt. La même année, elle a obtenu un prix de la Fédération Internationale des Femmes Professionnelles et d’Affaires (BPW Rende – Italie) pour sa valeur artistique. En 2018, elle a reçu un prix du Rotary International (Calabre – Italie) dans la section Art.

Mme Carbone a commencé son éducation musicale en Italie, au Conservatoire de Musique de Cosenza, où elle a étudié avec Maria Laura Macario et Flavio Meniconi, et a obtenu son diplôme de piano à l’âge de dix-neuf ans avec Francesco Monopoli. Là aussi  elle a étudié la composition. Elle a suivi plusieurs Master Classes en Italie et à l’étranger dans des académies prestigieuses, telles que l’Internationale Sommerakademie – Universität Mozarteum de Salzbourg, et en Israël aux Tel-Hai International Piano Master Classes. Elle a étudié avec de nombreux pianistes de renom: Lazar Berman, Cristiano Burato, Sergio Cafaro, Aquiles delle Vigne, Emanuel Krasovsky, Eduardo Ogando, Ronan O’Hora, Hector Pell, Andrzej Pikul.

Personnalité éclectique, elle a obtenu son diplôme summa cum laude en Mathématiques à l’Université de Calabre (Italie) à l’âge de 21 ans. Elle est devenue professeure adjointe de mathématiques à 27 ans. Elle est l’auteur d’articles, publiés dans des revues internationales, et a été invitée à donner des conférences  en Europe et au Fields Institute for Research in Mathematical Sciences à Toronto (Canada). Actuellement, elle est professeure adjointe à l’Université de Calabre, où elle enseigne les mathématiques et où elle a également été Présidente de la Bibliothèque Scientifique.

Ingrid Carbone joue Liszt & Schubert

Ingrid Carbone a enregistré deux albums avec le label Da Vinci Publishing Japan.

Le CD “Les Harmonies de l’Esprit”, sorti en novembre 2018, contient quatre compositions de Franz Liszt: Après une lecture du Dante: Fantasia quasi Sonata, Liebestraum n. 3, Consolations (six pensée poétiques) et Légende n. 2 (Saint François de Paule marchant sur les flots). Parmi eux, l’enregistrement des six Consolations   et de la Légende n. 2 est très rare, ainsi que très rare est l’occasion de les écouter lors d’un récital. Le CD a été enregistré sur son piano à queue personnel Bechstein A228, qui «joue beaucoup sur le contraste entre le registre grave (très sombre) et le registre aigu (en particulier la sonnerie) et qui, dans un certain sens, rappelle les légendaires pianos Érard, préférés par Liszt, avec un timbre plus puissant que les “concurrents” Pleyel, aimé de Chopin.» (Andrea Bedetti – MusicVoice, 2019)


Le deuxième album “L’Enchantement Retrouvé”, contenant les quatre Impromptus op. 90 et les six Moments Musicaux op. 94 de Franz Schubert, est sorti en février 2020. Avec cet album, Mme Carbone était l’une des lauréates 2020 des Global Music Awards (USA). Le CD a été unanimement salué par la critique internationale. Il a été enregistré sur un piano à queue Bechstein Model D: «La sonorité du piano à queue Bechstein à la voix et à l’accord exquis (le modèle D provient de la collection Angelo Fabbrini) et l’enregistrement détaillé s’avèrent être les supports idéaux pour ce jeu magnifique et varié de ce gagnant acclamé. » (Aart van del Wal – Opus Klassiek, 2020)